Conception naturopathique

On me demande souvent quelle est la conception de la naturopathie, cette pratique millénaire reconnue par l’OMS comme « médecine complémentaire ». Parfois je prends le temps d’aller dans les détails et d’élaborer une réponse la plus claire possible, en expliquant bien les 5 fondements importants sur lesquels la naturopathie se base et qui sont

  • l’holisme
  • le causalisme
  • le vitalisme
  • l’humorisme
  • l’hygiénisme et ses 10 techniques

Et parfois, je me contente de citer Dominick Leoaud-Zachoval (La Naturopathie au Quotidien)

« la naturopathie, c’est vivre en harmonie avec nous-mêmes et avec notre environnement, tout simplement ».

Cette pratique occidentale prône avant tout et surtout une hygiène conforme aux Lois de la Vie, donc de la nature. Plus qu’un concept, c’est un principe selon lequel on aide l’organisme à s’auto-épurer et à respecter les lois spécifiques à son espèce. Favoriser un retour aux sources, aux conditions favorables et à la libre manifestation de la force vitale, passe par les 10 agents naturels qui sont communément admis au sein de la pratique (la synthèse des mouvements isolés qui ont été réunis et classifiés par Marchesseau au milieu du XXs). Je reviendrai sur ces mouvements dans un article prochain. 

Par une diététique et une hygiène de vie adaptée à chacun, la naturopathie tente de redresser le terrain (l’organisme) qui sera lui seul capable de renforcer le système immunitaire de l’être.

Elle est l’étude, la connaissance, l’enseignement et la pratique des Lois de Vie. Elle est un art et une science qui agissent communément pour maintenir une personne en bonne santé, par des moyens purement naturels. Elle a une vision holistique de l’homme et tente de ne pas dissocier le physique, du psychique et du spirituel dans son approche d’une santé globale. Elle voit en la maladie un déséquilibre et une intoxication et s’efforce de régénérer la force vitale inhérente à chacun pour permettre une auto-réparation. C’est ainsi que le Dr Grosgogeat en parle dans La Méthode Acide-Base:

« Une médecine qui considère que la maladie est avant tout le résultat d’un déséquilibre entre une personne et son environnement ».

La naturopathie est éducative, et préventive. Il ne faut pas attendre d’être malade pour aller consulter un naturopathe. Et en attendant de le faire, il suffit d’appliquer quelques principes simples et efficaces:

  • Se coucher et se lever à heures régulières
  • Manger peu et varié, local et saisonnier
  • Boire beaucoup d’eau, purifiée
  • Respirer l’air frais, tous les jours
  • Prendre le soleil, tous les jours
  • Ecouter et respecter son corps en évitant de l’empoisonner, de le surmener, de l’empresser
  • Pratiquer une activité sportive régulière ou, à défaut, de la marche quotidienne

 

Concrètement, cela donne quoi au juste, si nous devions schématiser ces préceptes?

Se lever avec le soleil, ou peu après. Boire un grand verre d’eau filtrée. Manger quelques fruits de saison, bio, et une boisson chaude. Idéalement un thé ou une tisane.

Se laver avec de l’eau claire, froide l’été, chaude l’hiver. Eviter l’excès de produits cosmétiques et d’hygiène qui ne font que fragiliser la barrière cutanée naturelle.

S’habiller confortablement. Les vêtements serrés et synthétiques agressent le corps et bloquent la bonne circulation lymphatique. S’habiller chaudement l’hiver, légèrement l’été, ça va de soi. Ne pas laisser les températures hivernales agresser l’organisme.

Se rendre à son travail à pieds, ou faire une partie du trajet à pieds. Sans se couvrir la tête et sans appliquer de protection solaire. Une vingtaine ou une trentaine de minutes pour un maximum de bienfaits. En profiter pour réguler sa respiration, qui doit être longue, profonde, ventrale.

Prévoir un repas léger, sain et frais le midi. Prendre le temps de bien mâcher. Se reposer quelques minutes après le déjeuner pour favoriser une meilleure digestion. Ne pas boire pendant ni juste après le repas, mais attendre une petite heure idéalement. Ne jamais finir un repas par un fruit. Eviter le sucré sous toutes ses formes, surtout après un repas.

Eviter les pics de nervosité et fuir les situations anxiogènes. Prendre le temps pour bien faire les choses en restant à l’écoute de son corps. Se reposer quand le besoin s’en fait sentir, faire une pause et dégourdir ses jambes toutes les heures.

Le soir, prévoir un repas tiède ou chaud l’hiver, frais l’été. Idéalement plus léger que celui du midi. Sans protéines, sans ou avec peu de féculents. Les soupes chaudes ou froides selon les saisons sont un repas de choix en fin de journée. Ne pas surcharger son organisme avant le coucher. Ne pas se coucher rapidement après le repas du soir. Idéalement, une petite balade de quelques minutes pendant la digestion est à considérer.

Enfin, se coucher dans un lieu frais, bien aéré. Loin des écrans et des nuisances sonores. Si l’on a du mal à trouver le sommeil, c’est à ce moment là qu’un bain tiède voire chaud est à envisager. Faire le point sur sa journée, et prévoir de faire encore mieux le lendemain.

 

En appliquant ces quelques règles de base, en essayant de les respecter du mieux possible, en respectant son rythme biologique ainsi que le rythme de la journée, on aide son organisme (physique et psychique) à retrouver une force vitale suffisamment importante pour lutter contre les intrus: virus, bactéries, infections, faiblesses, déprimes, impatiences, angoisses, etc.

 

Carla Locchi

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *