Des algues comestibles

C’est surtout en Asie que les algues sont consommées comme ingrédient à part entière (et non pas comme condiment). Dans le monde occidentale, on les consomme de façon bien plus timide, en assaisonnement parfois, ou quand on « mange japonais ». Faut-il que l’on découvre d’abord leurs bienfaits nutritifs et dépuratifs avant de les adopter pleinement et apprécier leurs goûts ? Peut-être. C’était mon cas.

J’ai d’abord cru à un nouveau phénomène de mode. D’abord culinaire, avec la mode des sushis et soupes miso,  puis diététique avec l’arrivée en masse des comprimés de spiruline et de chlorella. Puis j’ai remarqué que ce « phénomène » s’installait dans le temps. Et qu’il était de plus en plus documenté, étudié. Ma curiosité naturelle sur tout ce qui touche l’alimentation m’a poussée à m’y intéresser un peu plus sérieusement.

 

Les algues comestibles

Il y a des centaines de plantes aquatiques dans la famille des algues. Elles sont variées en couleurs, mais aussi en taille. On les classe plus volontiers par couleurs (vertes, brunes, rouges…). Elles prennent de plus en plus de place dans les rayons des magasins bio, mais aussi plus récemment dans les supermarchés. Les plus connues sont le kombu, la laitue de mer, la dulse, le haricot de mer, la fameuse algue nori des sushis et makis, le wakame, le varech, la spiruline, la chlorelle….

Le Kombu : très riche en fibres et en fucoxanthine (pigment brun) il favorise la dégradation des triglycérides. Il est légèrement diurétique donc assez prisé dans les régimes alimentaires amincissants. Il est très riche en iode, donc consommez le avec modération.

La dulse : réputée très reminéralisante, elle est riche en fer, calcium, protéines, vitamines K..

Le wakamé : très riche en acide folique, c’est l’algue à consommer en attendant un enfant. Elle est aussi riche en calcium et en fer.

Le haricot de mer : en forme de haricot, riche en tanins et hautement antioxydante, elle est une excellente source de fibres et de vitamine C

Le nori : très riche en protéines. Jusqu’à 50% de son poids ! sans oublier le fer présent en grande quantité.

La spiruline : idéale pour les convalescences et pour lutter contre la fatigue. Très riche en bêtacarotène, en magnésium, zinc, cuivre et chlorophylle, elle est parfaite pour lutter contre les carences et pour remettre d’aplomb un organisme affaiblie. Sans oublier sa grande teneur en protéines ! dans ce domaine c’est même la championne : jusqu’à 70% !! des protéines d’une qualité incomparable qui renferme 8 acides aminés essentielles.  elle est consommée surtout en poudre ou en comprimés sous forme de cures. Pour en savoir un peu plus sur cette super algue suivez ce lien

La chlorella : connue pour son puissant pouvoir détoxifiant (elle se lie aux métaux lourds et favorise leur élimination), elle est aussi excellente pour la santé intestinale et pour renforcer votre système immunitaire globale. Attention toutefois à en choisir une biologique et de préférence cultivée en France ou en Europe. Je vous conseille la lecture de cet article pour comprendre ce qu’est la chlorella et comment elle peut agir sur votre organisme.

 

Leurs bienfaits sur la santé

En prévention contre le cancer

La consommation régulière des algues est aujourd’hui prouvée bénéfique sur le système cardiovasculaire et sur le diabète, mais aussi sur l’hypertension et l’hypercholestérolémie, principalement grâce aux fibres et aux antioxydants qu’elles contiennent. Plus récemment, certaines études ont réussi à prouver leur capacité de lutter contre le développement des tumeurs mammaires chez l’animal (voir source ici ). Un taux moins élevé de cancers dans certains pays asiatiques a d’abord été attribué à la consommation de soja, mais aujourd’hui on sait que c’est la consommation d’algues qui joue surtout le rôle protecteur. Outre leur teneur en antioxydant, c’est certainement aussi leur richesse en iode et en sélénium qui jouerait un rôle important dans la prévention des cancers du sein. (voir source ici)

Contre le cholestérol

Le wakame et la nori contiennent un composé appelé Phytostérol. Sur le plan chimique, ces composés ressemblent au cholestérol et empêchent son absorption dans l’organisme. Cette action entraîne une réduction du taux de cholestérol dans le sang. Ceci n’est valable qu’avec une consommation soutenue et régulière. Un repas japonais par mois ne suffit pas pour induire un tel effet.

Par ailleurs, la spiruline est employée avec succès dans la lutte anti mauvais cholestérol, sous forme de cures en comprimés. Plusieurs études cliniques sont arrivées sensiblement aux mêmes résultats quant à son action bénéfique sur la santé cardio-vasculaire. Un article un peu plus complet sur le lien entre la spiruline et le cholestérol peut être lu ici

L’apport en iode

Cet oligo-élément absolument nécessaire à la fabrication des hormones thyroïdiennes est encore en carence chez des millions de personnes dans le monde. On rapporte que 20% de la population mondiale en souffre. Un apport de qualité et régulier est donc très important et ce tout au long de notre vie et à tous les âges, surtout chez les fœtus ! Pour combler ces carences et leurs conséquences dramatiques sur le développement, il a été décidé dans les années 50 d’ajouter de l’iode directement dans le sel de table.

Les principales sources d’iode sont la Morue, l’aiglefin, le pain, les haricots blancs et noirs, les œufs, et certains produits laitiers (surtout depuis que l’iode est ajouté aux fertilisants utilisés dans les champs agricoles des vaches laitières). Mais quand on consomme pas (végétaliens) ou peu de produits animaux, les algues représentent une excellente option. Attention toutefois, faites mesurer régulièrement votre iode et le fonctionnement de votre thyroïde parce qu’un excès d’iode est aussi néfaste qu’une carence !

 

Comment les consommer?

  • Si vos algues sont séchées, et que vous voulez les préparer en tartare ou en salade, réhydratez les en quelques minutes dans l’eau.
  • Vous pouvez les ajouter dans vos soupes ou poêlées de légumes, sur le riz ou les pâtes, à condition de les y mettre très peu de temps avant la fin de cuisson pour garder toutes leurs vitamines et minéraux intacts.
  • Ajoutez en dans les sauces, les vinaigrettes
  • Ajoutez une cuillère d’algues dans vos omelettes
  • Préparez un sel de table maison en mélangeant des algues à votre sel non iodé

Sinon, il y a une multitude de façon de les manger et d’en profiter outre les sushis. En surfant un peu sur le web vous ferez le plein d’idées l’une  plus originale que l’autre.

 

Je vous suggère de lire cet article cet article pour connaître la différence entre chlorella et spiruline, ou encore celui-ci celui-ci si vous vous interrogez sur la possibilité de donner des algues aux enfants.

 

1 commentaire sur “Des algues comestibles”

  1. Cette algue brune en forme de haricot est particulierement riche en tanins aux effets antioxydants. Elle est egalement so 008000 urce de magnesium, de fibres, et se distingue par sa bonne teneur en vitamine C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *