HydrothérapieS – Quand l’eau est un outil de soin

Les thérapies naturelles utilisant l’eau comme outil de soin sont regroupées sous le terme « hydrothérapie ». Il s’agit aussi bien de capillothérapie, thalassothérapie, thermalisme, balnéothérapie, crénothérapie… autant d’appellations que de méthodes. Il est facile de s’y perdre quand on ne sait pas les distinguer.

La Balnéothérapie

La balnéothérapie regroupe l’ensemble des soins effectués dans des bains. Ils peuvent être entiers (le corps entièrement immergé) ou locaux (une partie du corps est immergée).

L’eau est la première chose à laquelle on pense quand on parle de « bains » mais elle n’est pas la seule ! on peut faire des bains de soleil, des bains aux rayons ultraviolets, ou infrarouges,  des bains à l’eau de mer (thalassothérapie), à l’eau douce (thermalisme), des bains de boue, des bains d’algues, aux bains vapeur (sauna, hammam, inhalation, nébulisation…), bains aux huiles essentielles, etc.

La balnéothérapie stimule d’abord la circulation sanguine, quand elle est effectuée dans l’eau, grâce aux jets. Elle soulage les œdèmes, et favorise le retour veineux et donc la bonne santé cardio-vasculaire. Par ailleurs, elle peut agir sur les contractions musculaires, les digestions difficiles, l’expulsion des toxines, les douleurs dorsales et cervicales, l’arthrite, les maux de tête, le stress en général. Les bains de vapeur soulagent les sinusites, les bronchites, l’asthme chronique ou aigu.

Les bains locaux sont eux généralement préconisés pour des affections plus localisées comme leur nom l’indique. Il peut s’agir de bains dérivatifs ou de siège, de bains de bras (maniluves), bains de pieds, hydrothérapie du colon, douches rectales, marches dans l’eau ou sous la pluie…

L’eau des bains est soit chaude (thermothérapie), soit froide (cryothérapie). La température est aussi importante sinon plus que le choix de la thérapie (bain entier ou localisé, vapeur sèche ou humide, inhalation, etc.).

 

Les bains dérivatifs, ou bains de siège

Cette thérapie est utilisée depuis très longtemps. Le principe est simple : rafraichir et stimuler la zone de l’entre-jambes dans un bain froid tout en gardant le reste du corps bien au chaud, donc bien couvert. S’en suit une vasoconstriction ou vasodilatation dans la circulation sanguine qui soutient à son tour l’élimination des toxines.

Concrètement, on trempe dans une grande cuvette ou dans un bidet remplis d’eau la partie la plus basse du corps, en position assise. Les pieds et les jambes doivent être en dehors du bain et bien couverts, ainsi que le torse, les bras et la tête. On conseille le port d’un pull en laine, des chaussettes, une écharpe et une grande serviette sur le dos. La pièce doit également être bien chauffé. A l’aide d’un gant, ou à mains nues, on masse pendant 20 à 30 minutes l’entre-jambes. Il faut passer le gant de haut en bas, sur les plis de l’aine et sur les grandes lèvres, ou de gauche à droite (jamais de bas en haut pour des raisons d’hygiène). Les nombreux ganglions lymphatiques qui se trouvent dans cette zone seront sollicités et leur action renforcée.

En refroidissant l’entre-jambes, les mucus se déplacent dans l’intestin et sont évacuées par les selles. Les plus rapides à être nettoyés sont les mucus récents. Pour les plus vieux, figés, ca peut prendre un certain temps.

Les bains dérivatifs se pratiquent en cure de 1 à 3 mois, une ou deux fois par jour, mais toujours à distance des repas (au moins une heure avant ou après). 15 minutes c’est bien, 30 c’est mieux. Ne jamais dépasser l’heure. Une fois la cure finie, on peut les pratiquer en « entretien » une fois par semaine.

Pour soigner les hémorroïdes : faire des bains de siège très froids.

Pour soigner les inflammations, démangeaisons de la zone anale et génitale : bains de siège à l’argile verte. L’eau est idéalement froide à tiède. Ou des bains au bicarbonate de sodium (un verre de bicarbonate pour 2 litres d’eau), ou encore des bains à l’huile essentielle de lavande (5 gouttes de lavande dans un peu d’huile végétale pour 1 litre d’eau)

Pour lutter contre la fatigue : alterner eau froide et eau chaude, quelques minutes à chaque fois, pendant une quinzaine de minutes.

Une avalanche de bienfaits sur la santé générale :

  • Lutte contre les insomnies
  • Soulage les maux de tête
  • Calme les angoisses
  • Réduit les douleurs dorsales, cervicales
  • Améliore l’aspect de la peau (acné, eczéma, herpès, etc.)
  • Renforce le cuir chevelu et lutte contre la perte des cheveux
  • Soulage les constipations
  • Anti-fatigue

En quelques jours de pratique, les bienfaits se font sentir. Certains se réveillent mieux le matin, d’autres sont moins tendus la journée, les addictions sont mieux maitrisées…

Contre-indications : les femmes doivent s’abstenir pendant les menstruations. Suite à une opération chirurgicale, il convient d’attendre au moins 6 mois avant de s’y mettre. Enfin, il faut s’abstenir si vous portez un stimulateur cardiaque, et pendant la grossesse.

 

Les bains de bras et de pieds (maniluve, pédiluve)

la maniluve est une technique idéale pour calmer les maux de tête mais aussi pour réduire le stress quotidien. On trempe les bras (des mains aux coudes et le haut des biceps) dans de l’eau très froide (12 a 18 degrés) pendant 30 secondes – puis on alterne dans une bassine d’eau chaude pendant 2 minutes. On revient à l’eau froide 30 secondes et on finit par l’eau chaude 2 minutes.  A répéter jusqu’à 4 fois par jour.

Les bras doivent être chauds avant de commencer. A défaut, les réchauffer un peu. Si les mains sont trop froides, remettre le maniluve à un autre moment.

Après le bain, couvrir les bras et les mains pour les réchauffer de nouveau, surtout si vous avez fini par un bain froid.

  • Renforce le système immunitaire et les défenses des parties supérieures
  • Rétablit la bonne circulation sanguine
  • Stimule le métabolisme
  • Aide le retour veineux vers le cœur
  • Rafraichit et apaise en cas de grande fatigue
  • Soulage les coudes traumatisés

Très bons pour se détendre, soulager les migraines, stimuler la circulation sanguine et le retour veineux.  On les fait froids quand on a les pieds chauds ou réchauffés. Si les pieds sont glacés ne pas les plonger dans de l’eau très froide. On trempe les pieds dans l’eau jusqu’au mollets, on y reste jusqu’à 5 minutes si on peut le tolérer.

 

Les bains de pieds chauds se pratiquent de la même façon, peu importe la température des pieds avant de les plonger. L’eau doit être aux alentours des 45 degrés.

Les bains de pieds alternés nécessitent deux bassines. On reste 30 secondes dans l’eau froide, et 2 minutes dans l’eau chaude et on alterne jusqu’à 2 ou 3 fois.

Il est bon de « sécher » les pieds en faisant quelques mouvements après les bains, comme des battements par exemple.

  • Ajoutez du gros sel dans le bain pour ses vertus analgésiques et anti-inflammatoires. Il fera dégonfler les pieds en quelques minutes, et les assainira par la même occasion. Idéal après une longue journée où les pieds ont été compressés et perchés sur des hauts talons.
  • Posez des galets ou des billes au fond du bain pour masser la plante de vos pieds pendant le massage. Vous stimulerez ainsi tous les points nerveux qui s’y trouvent.
  • Pour les pieds qui démangent, ajoutez une grosse poignée de bicarbonate de sodium et trempez pendant 15 minutes. Vous pouvez aussi mélanger bicarbonate et sel
  • Pour les pieds fatigués et déshydratés, ajoutez du vinaigre blanc ou de cidre. Séchez, puis massez avec une huile végétale.

 

Les bains aux huiles essentielles

Les huiles sont intégrées à un bain. Le choix des huiles se fait en fonction des affections à traiter et de la tolérance de chacun. Elles seront mieux dispersées dans l’eau quand elles sont mélangées à un corps dispersant, idéalement un peu de sel ou de bicarbonate par exemple, avant de les ajouter au bain.

  • Contre les mycoses et les champignons : choisir quelques gouttes de lavande aspic, tea tree, cannelle, dispersés dans du sel.
  • Pour améliorer la respiration et désencombrer les bronches : choisir quelques parmi l’eucalyptus radié, le sapin baumier ou la myrte verte, dispersées dans un peu de sel de mer
  • Pour renforcer l’immunité : choisir entre le Ravintsara, le tea tree ou l’eucalyptus radié + sel de mer
  • Anti stress, relaxant : Petit grain bigarade, ou lavande fine ou bergamote, avec du sel d’epsom.

 

Les bains aux algues

On ajoute de la poudre d’algues ou des algues humides au bain pour se détendre, mais surtout pour aider à la reminéralisation du corps, et à l’élimination des toxines. Les algues soulagent également les tensions musculaires, les jambes lourdes, les problèmes de dos, les inflammations.

Très riches en oligo-éléments, en sel minéraux et en iode, le bain d’algues doit durer une dizaine de minutes (20 maximum). Idéalement, il faudrait faire une petite exfoliation de la peau avant d’y plonger pour permettre une meilleur absorption des éléments nutritifs.

 

Les bains de boue

Les minéraux, oligo-éléments et les protéines contenus dans la boue vont stimuler les glandes endorphines, tout en agissant comme anti-inflammatoires une fois absorbés par la peau. La boue est idéale pour les personnes souffrant d’arthrite, d’arthrose et de contractures musculaires.

  • Pour dynamiser le métabolisme
  • Faciliter la digestion
  • Soulager la douleur
  • Soigner la peau
  • Antistress

 

Les bains (ou douches) à jets

Ils vont activer la circulation sanguine et lymphatique, sont très drainants et facilitent ainsi l’élimination des toxines. Ils ont un effet massant non négligeable sur les muscles fatigués ou contractés.

 

Les bains bouillonnants

Ce sont des bains relaxant de par le massage superficiel que les bulles vont pratiquer. Ils assurent une bonne détente pour tout l’organisme. Le bruit de l’eau et la chaleur du bain vont aider à calmer les plus angoissés et préparer à un bon sommeil.

 

Chauds? Froids? La capillothérapie

Les bains thermiques, de 39.5 à 41 degrés

Quand on prend un bain chaud, on entre en hyperthermie légère par vasodilatation des capillaires périphériques. Les glandes sébacées et sudoripares sont ainsi activées, ce qui attire les déchets métaboliques vers la peau. Ces déchets sont enfin éliminés par la transpiration.

L’eau chaude

  • Dilate
  • Détend
  • Augmente la vitesse du débit sanguin
  • Facilite la distribution des nutriments à nos cellules
  • Purificatrice : élimine les déchets.

C’est une réaction centrifuge qui a lieu, de l’intérieur vers l’extérieur. L’émonctoire le plus sollicité est la peau qui va nettoyer l’ensemble de notre corps par la transpiration. Les glandes sudoripares vont éliminer les cristaux par la transpiration, et les glandes sébacées vont éliminer les colles par le sébum.

L’eau chaude va augmenter le flux sanguin et permettre au sang à atteindre les extrémités. Elle va ouvrir les pores ce qui facilitera la transpiration et donc le nettoyage en profondeur de la peau et du corps. Dans la chaleur, les glandes surrénales sont moins actives, l’hypertension baisse, le système nerveux s’apaise. Les muscles sont soulagés, ainsi que les articulations et les blessures. Parallèlement, la détente va favoriser un meilleur sommeil et chasser le stress.

Ce qui est encore mieux, c’est que les globules blancs vont mieux circuler. La lymphe se trouve fluidifiée sous l’effet de la chaleur et, elle qui n’a pas de pompe (cœur) comme le sang, va mieux tracer son chemin. Elle est moins épaisse et c’est toute l’immunité qui est renforcée.

Les bains froids, de 15 à 17 degrés

Aujourd’hui, les sportifs chanceux finissent leurs performances par des séances de cryothérapies (bains froids). Les douleurs sont diminués, la récupération de la puissance musculaire est très rapide.

24 footballeurs se sont soumis à une étude par une équipe de chercheurs de l’université de Melbourne. Ils ont été divisés en 3 groupes après un match : le groupe passif (immobilité des joueurs pendant 15 minutes), le groupe Immersion en eau froide pendant 14 minutes, et le groupe hydrothérapie contrastée (eau chaude 1 minute /eau froide 1 minutes, 7 fois). Les résultats les plus bluffant concernent le groupe Immersion en eau froide. Temps de récupération (réduction de la fatigue, récupération des performances et disparition des douleurs musculaires) record !

A l’inverse de l’eau chaude, l’eau froide va renvoyer les liquides humoraux vers l’intérieur en activant la rétractation du calibre des artères et des veines. On appelle cela la vasoconstriction. Ces bains sont stimulants, tonifiants et fortifiants : ils renforcent l’immunité. La réaction est centripète (de l’extérieur vers l’intérieur) les organes profonds sont irrigués et les toxines seront drainés par les émonctoires internes (intestins, reins) pour être éminés ultérieurement par les selles et les urines.

L’eau froide va diminuer l’activité cardiaque et amplifier la respiration, contrairement aux bains thermiques.

Enfin, l’eau froide réchauffe ! l’organisme tente de remonter la température à 37 et une sensation de chaleur apaisante envahit le corps.

La Capillothérapie

Les capillaires sont les plus petits vaisseaux sanguins du corps humain. Ils connectent les artères et les veines, participent au métabolisme entre le sang et les tissus.

par le froid: La méthode de l’Abbé Kneipp

Le bain à l’eau froide a été rendu célèbre par l’abbé Kneipp en 1847. Atteint de tuberculose incurable, il tombe sur une publication du Dr Hahn intitulée « de la force et des effets de l’eau fraîche sur le corps humain ». il décide de tenter l’aventure : chaque semaine, il effectue deux courses à pieds au bord du Danube et finit par un plongeon direct dans son eau qui est à 5 degrés à peu près. En quelques mois, l’abbé Kneipp est guéri. Sa méthode est aujourd’hui bien connue et même reconnue et approuvée. Elle continue d’être pratiquée aux 4 coins de la planète. Il préconise les douches froides trois fois par semaine, dès le réveil. La douche ne doit pas durer longtemps, 3 minutes maximum, mais l’eau doit être le plus froid possible. Le sang se retire vers l’intérieur, la peau devient blanche, les organes de thermo régulation essayent de s’adapter à une situation d’urgence. Ensuite le sang revient en masse vers la périphérie et en ce faisant, il débouche et nettoie les capillaires. La peau redevient rouge.

Une détente rapide. Un bain stimulant, tonique et facilitant les échanges organiques.

Idéalement, il faut le pratiquer dans l’eau de mer. L’hiver. le corps doit être chaud (faire un peu de sport avant). Et plus l’eau est froide, plus le bain doit être court (de 10 secondes à une minute)

Ne surtout pas le faire à moins d’une heure du repas, ni trois heures après.

Par l’eau chaude: la méthode Salmanoff

Alexandre Salmanoff, naturopathe russe, avait une obsession : faire circuler le sang.

Cette méthode est réservée aux maladies existantes. La vasodilatation des vaisseaux et l’accélération de la circulation débloquent les engorgements. Salmanoff soutient que toutes les maladies viennent suite à un ralentissement préalable de la circulation, et ceci provoque des blocages à certains endroits, notamment au niveau du diaphragme et du foie.

Le diaphragme est le muscle le plus puissant de notre corps. A chaque respiration, il comprime le foie, la rate et l’intestin, ce qui fait mouvoir toute la circulation veineuse de l’abdomen vers le thorax. Donc selon Salmanoff, améliorer la fonction de ce muscle surpuissant revient à améliorer les fonction du foie, mais aussi du cœur.

Le meilleur exercice à retenir est celui de la bouillotte chaude sur le foie, 30 minutes avant le coucher. Le diaphragme est relâché, la respiration améliorée et la circulation favorisée. « quand vous mettez une bouillotte sur la région du foie pendant une heure, vous réchauffez 100 litres de sang et 40 litres de lymphe »

La thermothérapie différentielle: la méthode Gardelle

Pierre Gardelle, kinésithérapeute, ancien ingénieur des Arts et Métiers, met au point une méthode de soins devenue très célèbre. En quelques séances seulement, il répart hémiplégies, suite d’AVC, aphasies, tumeurs au cerveau, abcès osseux, gangrènes,inflammations…

Ses outils : eau chaude, glaçons, bouillottes et vessie à glace.

Quand il y a une inflammation, il y a augmentation de la température locale. Les globules blancs ne peuvent alors effectuer leur travail convenablement, empêchés par la chaleur. Il faut alors refroidir le site blessé et le ramener à une température avoisinant les 10 degrés. Toutefois, il faut que la régulation thermique soit équilibrée en même temps par une source chaude aux alentours des 40 degrés, à une zone « carrefour » (plexus solaire, abdomen, foie et rate). Car c’est par là que les déchets métaboliques sont drainés vers l’intestin.

Des petits boutons sont souvent observés au niveau de la compresse chaude, parfois même allant jusqu’à un abcès de décharge.

Les compresses froides sont faites avec une vessie de glace. Un linge est interposé entre la vessie et la peau. La température doit être vérifiée avec un thermomètre, car les 10 degrés sont importants. La bouillote quant à elle est placée sur une serviette bien chaude (43 degrés) et bien essorée, ce qui freine le refroidissement. Il faut retremper la serviette si la température baisse.

Une séance dure de 2 à 5 heures et les résultats sont stupéfiants !

 

Les thérapies inhalatoires

On distingue diverses méthodes :

  • Nébulisation

Les nébuliseurs projettent un liquide sous forme de fines gouttelettes. L’inhalation est plus profonde et l’action plus rapide qu’avec une simple inhalation. Très efficace pour les asthmatiques

  • Inhalations

Anti-inflammatoire, décongestionnant, apaisant, désinfectant, fluidifiant… les voies respiratoires sont réparées et humidifiées. Le choix des huiles essentielles est important en fonction des troubles à traiter : eucalyptus ou thym pour les nez bouchés, le rhume. Le tea tree contre la grippe, la myrte verte pour la toux…

  • Irrigations nasales

Parfaites pour nettoyer les fosses nasales des poussières et autres résidus polluants, mais aussi en cas de rhume pour bien désinfecter les sinus. Ne pas trop en faire non plus car l’excès de lavement peut entretenir l’inflammation. 3 à 4 fois par jour en cas de rhume, sinon deux à trois fois par semaine en entretien. Le meilleur système est la douche nasale au pot neti. Avec de l’eau salée, ou du sérum physiologique.

 

Les bains de vapeur

Sauna: bain de vapeur sèche

Un sauna est un bain de vapeur sèche, pratiqué nu, avec l’estomac vide. La température est en moyenne à 80 degrés.

Comment pratiquer au mieux le sauna ?

On prend une douche chaude pour réchauffer le corps. On reste en cabine 15 minutes. Dès qu’on commence à transpirer, on sort pour se rafraîchir le corps. On prend une douche tiède ou froide pour provoquer une vasoconstriction des vaisseaux. Puis s’y remettre, idéalement allongé, 15 minutes. On reprend une douche chaude. Refaire le même cycle jusqu’à deux fois.

Les bienfaits ?

La chaleur sèche active les glandes sudoripares. La température corporelle monte de 1 degré, pour nous aider à supporter la température externe. Le corps rejette les toxiques (l’urée, l’acide lactique…)

Indications

Affections rhumatismales

  • Douleurs musculaires, contractions musculaires
  • Affections dermatologiques (acné, urticaire..)
  • Affections cardiovasculaires
  • Troubles neuropsychiques (insomnies, surmenage…)
  • Affections virales et bactériennes saisonnières (rhumes, bronchites, sinusites…)
  • Transpiration nocturne excessive
  • Permet de mieux supporter la chaleur l’été

Contre-indications

  • Varices, phlébites
  • Enfants
  • Claustrophobie
  • Descente d’organes
  • Maladies infectieuses en évolution

Interdiction formelle

  • Opérés du cœur
  • Insuffisants cardiaques
  • Hypertension artérielle

 

Hammam: bain de vapeur humide

Normalement à 50 degrés, le hammam est un bain de vapeur où l’humidité est saturée à 100% ce qui se supporte aisément. On s’installe sur des banquettes ou assis à même le sol.

La chaleur humide fait travailler les glandes sébacées. La peau se ramollit, favorisant l’évacuation des cellules mortes. Il est conseillée de se « gommer » après une bonne séance de hammam pour éliminer les peaux mortes justement.

Souvent des huiles essentielles sont ajoutées à la vapeur d’eau, surtout d’eucalyptus ou de pin qui ont en plus des propriétés apaisantes et décongestionnantes. Ce qui en fait une excellente pratique en cas de rhume.

En pratique

On prend une douche tiède et on s’enveloppe d’une serviette. On entre dans le bain où l’on reste assis environ 10 minutes. On se rince à la douche tiède à froide pour enlever les premières peaux et on y entre de nouveau pour 10 minutes supplémentaires. Sortir et se doucher en s’exfoliant au gant loofah par exemple, ou avec un gommage au savon noir.

Bienfaits

  • Détend le corps
  • Assainit l’organisme par élimination/transpiration
  • Nettoie et raffermit la peau
  • Soulage les courbatures
  • Soigne le rhume
  • Favorise le sommeil

 

Conseils naturo-pratiques

Voici comment soulager rapidement les petits maux quotidiens en utilisant l’eau. Veillez d’abord à vous assurer de la non gravité des affections auprès de votre médecin, ou à écarter toute origine organique ou mal chronique.

Affections ORL

Fumigation, inhalation de vapeur chaude, 10 minutes, 3 x jour

Angines, maux de gorge

Gargarisme à l’eau salée, citronnée, dès l’apparition des symptômes. 3 à 4 fois par jour, jusqu’à guérison.

Bronchites

Serviette chaude et humide sur la poitrine (ou bouillotte), 10 minutes, 3 x par jour, jusqu’au décongestionnement

Circulation sanguine

Bains chauds, Bains de pieds froids/chauds alternés

Colites, coliques

Capillothérapie de Salmanoff. Serviette mouillée très chaude sur le ventre + bouillote par-dessus. Séance de 20 minutes (soulagement immédiat)

Constipation

Si elle n’est pas pathologique, elle est dite idiopathique. Augmenter les fibres alimentaires, la quantité d’eau à boire. Boire de l’eau chaude au réveil et se masser l’abdomen pour stimuler les mouvements des intestins.

Douleurs dentaires

Poche de froid sur la joue

Douleurs, traumatismes, entorses, douleurs des sportifs

Eau glacée, glaçons, Cryothérapie, Poche de glace sur le site endolori. Séances de 20 minutes à répéter toutes les 2 heures jusqu’à amélioration de l’état.

Fatigue

Bains de pieds froids

Hypocalcémie (ménopause, ostéoporose)

Boire de la Saint Antonin (44% des besoins journaliers en calcium couverts)

Jambes lourdes

Bains de pieds froids, chevilles immergées

Mal de gorge, aphonie

Capillothérapie de Salmanoff : compresse froide autour du cou. Séance de 20 minutes. Soulagement immédiat

Maux de tête

Gant d’eau froide sur le front, à rafraîchir souvent. Laisser 30 minutes. Méthode Kneipp : douche froide et longue du visage et du front

Otites

Capillothérapie de Salmanoff : compresse d’eau chaude sur l’oreille, compresse froide autour du cou. Changer toutes les 5 minutes. Temps total : 20 minutes

Sinusite

Chauffer du vinaigre de cidre, l’inhaler au dessus de la casserole quelques secondes. 3 à 4 fois dans la journée. Pendant 3 jours.

Troubles digestifs

Eau bicarbonatée (vichy, célestin, st yorre…) ou une pincée de bicarbonate dans vos verres d’eau.

 

Enfin, prenez soin de vous. Réservez des journées balnéo/thalasso/thermales dans les centres les plus proches, régulièrement. Ou faites une à deux cures complètes par an. à défaut, organisez vos mini-cures à la maison, de temps en temps, en vous réservant des journées rien qu’à vous et dans le calme: bains de boue, d’algues, d’huiles essentielles, de siège, de pieds, vapeur… 

 

 

Ce blog partage des articles et des billets à titre informatif uniquement. Les conseils donnés ne remplacent pas un avis médical et ne peuvent être appliqués en lieu et place d’un traitement prescrit par votre médecin.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *